[Lore Officiel] Des origines à aujourd'hui

Il y a deux siècles, un certain nombre de scientifiques, de politiciens, d'industriels et d'aventuriers ont anticipé la destruction imminente de la planète Terre.
Ces visionnaires ont réuni des échantillons d'ADN des plus brillantes personnes que la planète avaient en son sein.
Ces hommes ont alors planifié la survie de l'espèce humaine : plusieurs vaisseaux de colonisation, fortement automatisés, se sont mis à la recherche de planètes pouvant accueillir la vie humaine. Certains ont échoué dans leur mission tandis que d'autres ont été détruits. 
Combien ont pu réussir? C'est une donnée inconnue du fait que les communications ont été perdues. Nous avons la certitude que l'un d'eux a réussi : voici l'histoire d'une colonie de survivants sur la planète Rhyldan.

Au cours de ce long voyage, d'importantes avancées scientifiques et technologiques ont pu être effectuées. Parmi elles, citons une technologie nommée Judair qui permet d'imprimer des souvenirs à un être humain mais également de récupérer la mémoire, les émotions et les compétences d'un autre.

Au début, lorsque le "TSS Etoile du Nord" est arrivé en orbite de Rhyldan puis y a atterri, l'humanité était unie sous une volonté commune : survivre.
Les colons ont ainsi fondé Plymouth avec une certaine ingéniosité en mêlant les ressources locales et des infrastructures du vaisseau. 
La difficulté de créer cette nouvelle colonie et l'hostilité d'une espèce indigène nommée Lesoo rendaient la vie difficile mais précieuse.
Bien que fort et robuste, les Lesoo furent battus sur le terrain technologique.

Les règles de la colonie étaient simples : vivre n'était pas un droit mais un privilège. Ainsi, chacun devait apporter sa pierre à l'édifice. La rudesse de ce nouveau monde ne tarda pas à apporter son lot de morts parmi les plus faibles ou imprudents.
Cependant, la technologie Judair redéfinissait la mort : elle devenait un échec très douloureux du fait que l'enregistrement des souvenirs permettait de "reconstruire" rapidement les victimes.
Mieux, elle permettait d'accueillir de nouvelles âmes via l'ADN originaire de la Terre.

Cependant, la coopération paisible entre les colons et leurs clones ne dura pas longtemps. Les choses ont pris une tournure plus dramatique lorsqu'un homme nommé Obore Daniels a pris la tête d'un groupe de contestataires. 
Parmi les revendications, il s'opposait à un certain nombre de règles strictes et il trouvait notamment anormal que les enfants nés de la procréation naturelle ne soient pas autorisés au sein de la colonie. Un enfant conçu de manière naturelle ne pourrait pas apporter à la collectivité et serait un poids en cas de raid Lesoo... sans parler du fait qu'il n'aurait jamais pu être aussi efficace que les clones génétiquement modifiés créés par la technologie Judair.
Il contestait aussi le fait que certains auraient voulu que leur famille ou leurs amis soient clonés suite à leur mort et que cela leur avait été refusé, les victimes n'ayant pas de dons particuliers justifiant le temps et le coût de clonage . 

Daniels, rejoint par de nombreux contestataires, a continué à se faire entendre et à devenir gênant pour le Conseil. Il fut d'ailleurs à l'origine d'une grève du travail.
Cependant, les manifestations pacifiques du début sont devenues plus belliqueuse et ces actions finissaient en batailles rangées entre factions divergentes. 
Ces désaccords entraînaient vandalisme et affaiblissement de la productivité de la colonie.

Pour mater la rébellion, le Conseil a créé des clones dont les émotions étaient annihilées, les rendant ainsi obéissant : les PeaceMakers. Ces cyborgs devaient tenir le rôle de gardiens de la paix comme leur nom l'indique. 
Leur rôle initial était de forcer les travailleurs à reprendre le travail mais lorsque ces derniers les ont bombardés de pierre, débris et de tout ce qui leur passait entre les mains, les Peacemakers ont répliqué et ont fait couler le sang.

Daniels proposa une solution alternative : la création d'une nouvelle vie. Requête refusée par le Conseil.
Ce dernier, agacé, refusa de faire cloner Obore Daniels quand celui-ci fut porté disparu lors d'une patrouille à l'extérieur des murs de la cité. On soupçonne une embuscade des Lesoo. 

Cette décision acheva de diviser les partisans de Daniels et ceux des conservateurs. 
C'est ainsi qu'Emily Salazar succéda à Obore Daniels et appuya son assise politique sur la théorie, sans preuves, que ce dernier fut assassiné sur l'ordre du Conseil de Plymouth.
A son tour, elle devenait une épine dans le pied de l'ordre et de la discipline de la colonie humaine.

Bannis, Salazar et ses partisans sont devenus des parias au sein de Plymouth. Ils entamèrent un long chemin de croix les menant bien loin de leur ville natale. 
Le Conseil en déduisit qu'ils avaient été tués par les Lesoo ou par quelques dangers des zones encore inexplorées jusqu'au soir où la FPR (Free People's Republic) organisa un raid contre Plymouth pour y voler de l'ADN et ainsi créer sa propre armée.

Condamnant ce vol, le Conseil de Plymouth proclama officiellement son existence sous le nom d'OWON (One World One Nation) avec pour but ultime la survie de l'Humanité quels que soit les intérêts individuels: seuls les intérêts collectifs primaient.
De fait, tout opposant à cette survie, par son égoïsme ou par ses actes, devenait un traître pour la nation.

La FPR, quant à elle, juge OWON comme un gouvernement totalitaire et oppressif qui refuse d'entendre d'autres voix que celles du Conseil.
Pour OWON, la FPR est un regroupement de séparatistes crapuleux et de terroristes qui ne reculent devant rien pour leurs intérêts personnels.

Leurs visions sont maintenant tellement opposées qu'ils sont en guerre ouverte.
Des scissions dans chaque faction ont eu lieu menant à la création de nouvelles nations indépendantes (appelées "nations rogues"). 
Parfois celles-ci coopèrent avec l'une des deux factions, souvent elles en sont totalement indépendantes.

Réactions


Personne n'a encore réagi. Soyez le premier.

Que pensez-vous de The Repopulation ?

16 aiment, 5 pas.
Note moyenne : (22 évaluations | 0 critique)
5,9 / 10 - Prometteur